Bienvenue à Uzès

(Bistrotville)

 
Allez, un dernier coup de gueule avant les vacances, et pour cela, j’ai joué les touristes quelques après midi dans notre bonne ville d’Uzès.
L’été étant là, la maternelle ayant fermé ses portes et la « petiote » ayant besoin de distraction pendant que sa maman travaille, je me suis retrouvé dans la peau d’un honnête touriste, dans une cité dite touristique réputée, en l’occurrence celle où je réside tout au long de l’année, l’occasion rêvée de voir où passent mes « chers » impôts locaux.
Donc, un de ces après midi du début du mois, je suis parti en vélo à la piscine, le sac sur le dos, et ma « petite » dite « Janou Grain de sel » à cause de sa tendance à donner son avis sur tout du haut de ses trois ans, assise dans son siège sur le porte bagage.
Jusque là tout va bien, ça fait près de vingt cinq ans  (au moins) que je n’avais plus mis les pieds à la piscine municipale, à une époque où j’accompagnais sa mère faire ses premières brasses.
A première vue, pas de changement, et ça, ce n’est pas bon signe, en un quart de siècle, l’établissement n’a pas été modernisé, tout juste entretenu. Une jeune fille, bien gentillette me fait payer l’entrée : 3,5 €uros pour un adulte soit près de 23 francs, je trouve ça un peu cher, mais comme c’est gratuit pour ma Janou, je ne vais pas faire le difficile. La demoiselle me précise que je ne peux me baigner pour raison d’hygiène avec un short de plage, je dois impérativement mettre un maillot de bain. Pas de chance, dans mon sac, j’ai le short proscrit mais pas de slip de bain. « Ce n’est pas grave, me répond l’employée, baignez vous en caleçon ou en slip….. » Et là, je ne peux m’empêcher d’envoyer ma petite vanne :
 « Mademoiselle, mon short de bain qui sort de la machine à laver, est certainement plus…..hygiénique que le caleçon que je porte depuis ce matin !!!! Et soyez heureuse, ce n’est pas tout le monde qui en change tous les jours »
La demoiselle acquiesce , mais comme elle dit : le règlement c’est le règlement : Ok pour ça, mais il faudrait quand même faire une différence avec des ados qui arrivent et se baignent avec des shorts qu’ils portent depuis des lustres et un retraité qui sort le sien de son sac.
Deuxième surprise, aux temps ancestraux où je venais avec ma fille, il y avait un snack où l’on pouvait se rafraîchir et acheter de quoi faire goûter la marmaille. Terminé : le snack (bâtiment communal) est réservé au club de tennis !!!
 
Et oui brave gens, à Uzès, ville touristique, il n’y a même pas un distributeur de boisson à la piscine municipale, !!!! Encore moins de distributeur de friandise. Quand vous allez vous baigner, en plus du slip de bain, pensez à la bouteille d’eau fraîche et aux biscuits, sans oublier la glacière, parce qu’à la piscine d’Uzès, la perle du tourisme, point de parasol ni ne fauteuil de plage, juste un peu d’ombre sous un arbre que ce dispute les clients. !!!! Pendant ce temps là, on élargit les trottoirs en centre ville pour y installer des terrasses de bistrots, si chers au maire de la commune.
 
 

Notre baignade terminée, « Janou grain de sel », émet le désir fort légitime d’aller faire du toboggan dans le parc public juste à coté de la piscine, n’y voyant aucun inconvénient nous nous y rendons derechef, et là, triste spectacle, les jeux sont cassés, couverts de graffitis, les poubelles débordent.

Bien sûr la faute en incombe en premier aux « vandales » à leurs parents, à leurs grands frères, à leurs éducateurs, à la bonne du curé, etc., mais cette précision apportée (à l’intention des biens pensants et autres moralistes) que penser d’une municipalité qui veut faire du tourisme « l’industrie » première de la ville et qui laisse un parc public dans un tel état à la veille du grand rush des vacances. Peut-être pense-t-elle que la clientèle élitiste qu’elle vise n’est pas concernée par les équipements destinés aux enfants ?

Uzès est surnommée depuis fort longtemps « la belle endormie », certains ont cru il y a vingt-six ans qu’un jeune loup de l’UDF pourrait jouer les princes charmants pour la réveiller, un quart de siècle plus tard, rien n’a changé, même pas notre vieillissant maire d’Uzès, usé par vingt six ans d’inaction et d’inertie.
Bon, allez, je vous laisse, je pars en vacances, voir ailleurs si j’y suis. Passez un bel été et à bientôt !!!!



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement