La Transhumance et les amours d'Enfance

 
A pas de loup, nom d’Akela oblige, je me suis rendu à la transhumance faire mon marché, Dans mon sillage, ma petite meute me suivait à la queue leu leu, nous avons établit notre tanière pour la nuit à un quart de le lieu de l’Espérou, à la lisière des bois, ça va de soi. Ma petite louvette de 27 mois était du voyage, C’est elle qui hier soir alors qu’elle hurlait à la Lune, (La Lune, La lune La Lune….oui, ma chérie, on voit la Lune ….. La lune, La Lune, La Lune,…. oui, on a compris y’a la Lune, c’est normal, il va faire nuit…… La lune, la Lune…….. Les moutons les moutons…..) Ah la brave petite Louvette, elle avait raison, dans la pénombre de la nuit tombante, elle les a vu arriver, venant du col des vieilles, ils avaient pris un peu d’avance sur les horaires, sûrement afin de voir le match de foot car nous ne les attendions que le lendemain.
Et voilà, hier soir, nous avons vu des brebis, pendant que d’autres regardaient des chèvres à la Télé. Ah si vous aviez vu ma louvette, ses yeux perçant qui  luisaient de plaisir, ses petites pattes pédalant de toutes leur force pour rattraper le troupeau, se mêlant aux bédigues, ses petites dents affûtées savourant par avance ce moment exquis qui s’offrait à elle, Impossible de la faire dormir avant 23 heures, elle voulait encore et encore voir les moutons. Il faut vous dire qu’elle se prénomme Jeanne- Lou, c’est sa maman qui a voulu rappeler qu’elle était une fille de notre Clan. On y tient…..
Ce matin, nous sommes partis à pied tous les deux à la rencontre des autres troupeaux, Ils passeront par ici, disaient les uns, non, ils passeront par là annonçaient les autres, Mais que diable espéraient-ils tous tromper notre flaire de loup ?, ignoraient-ils qu’Akela avait arpentait ces chemins été comme hiver il fut un temps. ? Le troupeau, nous l’avons trouvé dans une draille, les bergers marchant fièrement devant. Ah ma Janou, tu as de suite retrouvé ton appétit de louvette, courant, criant, heureuse comme pas deux et puis tu l’as vu, il était juste à coté de toi, et ce fut le coup de foudre pour ce petit agnelet à peine plus âgé que toi. Oh que vous étiez beaux tous les deux, vous vous  êtes pris par la main et vous vous n’êtes plus lâchés. Oublié le reste du troupeau, oubliés les bergers, il n’y avait que vous au monde, bien sûr, pour nous faire plaisir vous avez suivi la transhumance jusqu’à L’Espérou, mais de loin, sans plus rien voir que ce copain providentiel, Moi Jeanne Lou, moi Erwin, on est fait l’un pour l’autre. Emportés par la foule, et tralala et tralali, et voilà, on s’est perdu, non, il est là, reviens, j’accours, on se reprend la main, et on re-pleure parce qu’il est reparti, mais les retrouvailles sont si belles.
Et puis ce fut la rupture, bête et définitive, il est parti au diable vauvert, et toi ma louvette, tu as suivi Akela. Mais rassures-toi, en Septembre, en te mettant à l’école, on mettra un peu la louve dans la bergerie, des agnelets, tu vas voir, ce ne sera qu’un début.
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement