Le Mausolée des "Oubliés"

 
Le Mausolée des oubliés
 
Le titre de cette rubrique peut paraître étrange, mais les fous, les bannis, les suppliciés, les exclus, les pestiférés et autres lépreux n’auraient-ils pas droit à leur panthéon ?
 
Aux Grands Hommes la Patrie Reconnaissante !
 
Et aux autres ? Tous ceux qui se sont sacrifiés anonymement pour qu’elle soit ? Tous ceux qu’elle a oubliés, tous ceux qu’elle a fait mourir par ignorance et désintérêt. ?
Il y a une vingtaine d’année, dans le Centre Hospitalier où je travaillais, un médecin qui se prétendait progressiste avait tenté (et temporairement réussi) d’établir un Turn-over du personnel soignant, et il avait cru très intelligent de commencer par « virer » de leurs postes ceux qui, quelques années auparavant avaient « ouvert » le secteur, alors que personne ne voulait y aller et que beaucoup préféraient le confort des structures asilaires, à cette terrible inconnue qu’allait être la psychiatrie à l’extérieur des murs.
Du jour au lendemain, ceux qui avaient créé, expérimenté, réinventé de nouvelles façon de travailler étaient « expédiés » au fin fond des structure les plus archaïques où, en guise d’accueil, les tenants du système asilaires leur faisaient comprendre « qu’ils allaient » en baver et payer le prix fort, pour avoir oser penser que le malade était un citoyen et un Homme à part entière.
Je me souviens d’avoir interpellé ce jeune médecin, et de lui avoir dit « Tu te rends compte, tu envois ceux qui partagent la même vision que toi à l’abattoir »
Sa réponse fut. « Les infirmiers sont comme des citrons, ils faut les presser, et quand il ne reste plus de jus, on les jette ! Nul n’est irremplaçable»
Je ne m’attarderai pas sur l’ignoble première partie de cette réponse, je la traite avec mépris. Mais je reviendrai plutôt sur la seconde partie « Nul n’est irremplaçable !!! » Combien de « crimes » a-t-on commis en invoquant cette phrase. Combien de DRH, de France Télécom, de la Fonction Publique Hospitalière, de Renault, combien de petits chefs s’en sont servis pour justifier l’injustifiable. Combien d’Hommes et de Femmes ont ainsi été conduit aux suicide, combien de famille ont été brisées, combien de personnes ont été démotivées dans leur profession, cassées, dévalorisées.
Ce jour là, j’avais répondu au Médecin «  Si Nul n’est irremplaçable, Nul n’est interchangeable, l’être humain n’est pas un pion, si tu n’as pas compris cela, tu n’es pas digne d’exercer ce métier »
 
Quel rapport avec ce mausolée que je n’ai fait qu’évoquer ? Parce que les victimes de la maltraitance institutionnelle y ont leur place et que je tenais écrire ce témoignage.
 
Mais il est temps que j’en dise plus sur cette rubrique ! Depuis plusieurs mois, j’ai déposé sur ce site divers écrits sur les cimetières des fous, (Saint Alban) , sur celui des oubliés (Cadillac), j’ai servi de courroie de transmission et de tribune à ceux qui ont décidé de faire vivre les morts les plus obscurs, les plus perdus, malades mentaux enterrés anonymement, soldats estropiés , défigurés, cachés de leur vivant et après leur mort. Simples d’esprit inhumés comme des chiens, corps martyrisés de pauvres bougres devenus de morbides jouets entre les mains d’autres hommes .
Tous ces textes étaient dispersés sur ce site, je vais les rassembler dans cette rubrique, je n’oublierai d’évoquer aussi tous ces disparus de 1914-1918, dont les restes anonymes ont été enfouis dans d’immenses Tumulus, faits de Crânes de maris, de jambes de fils, de bras de pères, de sang d’ouvrier, de chair de paysans, de tripes de fonctionnaires, de cerveaux d’instituteurs, de cœurs de poètes.



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement