Y'en a qui ne manque pas d'Air

 
Ah ma bonne dame, si vous saviez !!! Nous vivons une époque formidable ! Allez ; tiens, je vais t’en raconter une à l’occasion de la journée de la femme qui a eu lieu en début de semaine. Ce jour là une jeune maman, nous allons l’appeler SAM, (puisqu’elle s’appelle ainsi) reçoit un drôle de courrier, il s’agit de…… non, c’est trop tôt, je te le dirais plus tard.
Remontons cinq ans en arrière, époque bénie pour SAM, elle est célibataire, à un bon métier, (infirmière dans un bloc opératoire d’une clinique réputée de Montpellier), elle n’a pas de vrai souci, elle gagne bien sa vie, elle aime sortir avec les copines, va au concert le samedi soir, quitte à faire des centaines de kilomètres quand une affiche la tente bien.
Un jour elle rencontre un jeune homme, que j’appellerai disons. .Heu ?…Paul ! Ça te va Paul ? Bon, alors d’accord pour Paul,  Ils ont dépassé la trentaine, lui à déjà un fils d’une première union, mais il est « libre », elle aussi, ils s’aiment, s’installent ensemble, et décident, à la plus grande joie de la famille d’avoir un enfant. Un an plus tard leur rêve se réalise avec l’arrivée d’une petite fille que nous appellerons Jeanne, ça te va Jeanne ? Tiens ? Ça te dit quelque chose !!! Moi aussi je connais une petite fille qui s’appelle Jeanne. Donc tout va bien et la maman, pense prendre six mois de congé parental avec l’accord de Paul (non, non, là, j’ai vraiment changé le prénom).
Et c’est là que les choses commencent à se gâter, Paul ne supporte pas de travailler alors que Sam est en arrêt de maternité. Le plus extraordinaire là dedans, c’est qu’il est réparateur d’ordinateurs, en sous traitance,  et qu’il travaille dans leur appartement !!! . Et du jour au lendemain, patatras, il arrête son boulot !! Comme ça, d’un coup ! C’est bien beau tout ça, mais il y a des traites, un loyer, un projet de maison déjà avancé, des acomptes versés au promoteur. Sam a beau faire et refaire les comptes, ils ne peuvent y arriver que si elle dit adieu à son congé parental et qu’elle reprend le boulot. Ce qu’elle fait !!!
Vous imaginez la suite, elle doit parfois mettre la petite en nourrice parce que "monsieur" à besoin de sortir, de prendre l’air, de voir les copains. La tension monte, elle essaie calmement de lui expliquer qu’il serait bon qu’il retrouve un travail, qu’elle ne peut  pas payer  la pension alimentaire pour son fils à lui , découvre a ce moment là qu’en fait il ne paie rien à sa première compagne pour l’éducation du gamin.
Trop c’est trop, elle lui lance un ultimatum, il promet qu’il va retravailler, mais ne veut pas chercher du travail !!! Il prétexte qu’il n’a pas de voiture pour bosser, Sam, qui vient d’acheter une Scénic pour trimbaler la petite, lui propose de reprendre son ancienne voiture, il est d’accord mais continue d’attendre à la maison que les patrons viennent à leur domicile afin de  lui proposer une place en or.
La suite, ma bonne dame, tu l’as deviné, un beau matin (pour la fête des mères !!) Sam s’offre le plus beau des cadeaux, la liberté. Paul est prié de retourner chez sa mère (Bonne fête Maman !!!) et, en cadeau d’adieu, elle lui laisse la voiture après avoir bien entendu fait un certificat de cession pour qu’il la mette à son nom.
Elle galère pour récupérer une partie des arrhes qu’elle a versé pour la maison, (car c’est elle qui a avancé l’argent), elle arrive, à une heure près à rattraper le coup, elle déménage pour s’installer près du petit village de La Calmette que tu connais bien. Pour régler les problèmes de garde et de droit de visite ils décident de prendre un avocat, qu’elle sera la seule à payer, le juge des enfants accorde une pension alimentaire à « minima » (100 euros par mois),  car il ne travaille toujours pas. Devant le juge, il paye la première pension, se sera la seule !!! Depuis pas une tune !!!!
Mais SAM sait combien un papa c’est important pour un enfant, elle  fait avec (ou plutôt sans), elle est conciliante mais à un moment donné elle doit faire intervenir la gendarmerie, car il lui pourrit la vie au téléphone, fait du chantage au suicide et tout le pataquès.
Puis petit à petit les choses rentrent dans l’ordre, si l’on peut dire, mais je ne vais pas vous dresser tout le catalogue des péripéties et mensonges de Paul , toutes les bonnes excuses pour annuler au dernier moment une visite que sa fille attendait avec impatience, j’en passe et les pires.
Donc tout allait (presque) bien jusqu’à ce fameux lundi 8 mars, journée de la femme quand Sam apprend par un courrier que le service de recouvrement des contreventions vient de lui prélever 150 euros sur son compte.
Surprise, elle téléphone au dit service qui lui annonce qu’elle doit encore 850 euros, pour des contreventions non payées !!!! Panique de notre Sam, qui demande des précisions, mais où ? Mais quand ? Mais jamais !!!! Mais si mademoiselle, voici la liste et la date de vos infractions commises entre 2007 et juillet 2009 avec tel véhicule …. !!!
Son ancienne voiture qu’elle avait donnée à Paul !!!! Depuis trois ans, il continuait de rouler en laissant la carte grise à son nom, ne payant pas ses PV ….
Tu imagines la conversation qu’elle a eu avec lui au téléphone, lui, mentant comme il respire, prétendant avoir fait le changement,  demandant q'elle lui envoie les PV, qu’il réglera ça lui-même, mais ne proposant à aucun moment de la rembourser.
Quand Sam a téléphoné à son père, celui-ci lui a demandé si elle était sûre qu’il avait fait le changement. « Oui, il me l’a dit, il l’a fait en septembre » « Ce n’est pas possible, la semaine dernière c’est moi qui ai conduit la petite chez son père, j’ai vu la voiture et je peux te certifier que les plaques portaient l’ancienne immatriculation départementale, or, en septembre, même les véhicules d’occasion bénéficiaient de l’immatriculation nationale avec les nouvelles plaques ».
Non seulement Sam lui a donné sa voiture sans contrepartie, non seulement il ne paie pas la pension alimentaire, mais en plus, ce gentil garçon commet des infractions en lui laissant le soin de régler le montant des contreventions.
Cet après midi, alors qu’elle était au commissariat  pour demander conseil, il l’a appelé sur son portable, lui certifiant qu’il avait fait le changement de carte grise il y a « quelques mois », au même moment le policier qui la recevait lui montrait sur l’écran de l’ordinateur que le véhicule était toujours à son nom !!!!
Apparemment Madame le commissaire à très mal pris la petite plaisanterie.
Et je dois t’avouer, que ……………moi aussi !!!!!!!!



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement